Le top 5 des métiers qui font peur !

Share Button

Ils nous sont indispensables au quotidien, et pourtant, leur seule évocation nous fait frissonner. À l’occasion d’Halloween, nous vous proposons une sélection (très subjective) des métiers qui nous font peur.

N°5 : Cordiste

cordiste
A l’été 2014, la Cité des métiers a fait l’objet de travaux, menés par une équipe de cordistes.

Voici un métier que doivent éviter ceux qui sont sujets au vertige. Suspendu à un fil, l’alpiniste du bâtiment a plusieurs cordes à son arc, car une fois dans le vide, il peut être aussi bien chargé de nettoyer des carreaux, de peindre, ou de changer une toiture ! Métier plutôt mieux payé que les autres professions du bâtiment, mais que l’on exerce rarement jusqu’à la fin de sa carrière, le métier possède aussi un avantage que ne connaissent que ceux qui l’exerce : la vue, parfois extraordinaire, que l’on peut avoir du haut d’un gratte-ciel ou d’un immeuble !

>> Voir un reportage sur le métier de cordiste
 

N°4 : Entomologiste

Criquets, abeilles, mais aussi scorpions, araignées, et autres bestioles que la plupart d’entre nous casent dans la catégorie effrayantes, toutes ces petites bêbêtes sont au coeur de l’activité professionnelle d’entomologiste. Un métier peu rependu, mais que l’on retrouve dans des secteurs d’activité très variés, allant de l’agriculture (mieux comprendre et éviter la dégradation des récoltes), à la médecine (éviter que les insectes soient vecteurs de maladies), en passant par la gastronomie (en savoir plus sur ces professionnels qui veulent mettre des insectes dans nos assiettes).

 

N°3 : dompteur de fauves

Aimeriez-vous être enfermé dans une cage avec trois ou quatre lions aux canines acérées ? Le métier de dompteur, il faut bien l’avouer, est plutôt rare, à tel point qu’il n’existe pas de formation pour ce métier. Il n’empêche. Nous, à la Cité des métiers, à l’évocation de ce reportage, on frissonne, mais on est fasciné :

 

 

N°2 : dentiste

Même si soigner les dents ne fait plus si mal depuis longtemps, la seule évocation du dentiste suffit à faire frissonner grand nombre d’entre nous. Et pourtant son carnet de rendez-vous est plein ! Mais s’il fait peur, cela n’empêche pas plus de 40 000 personnes d’avoir cette profession en France. L’un de ses avantages, pour ceux qui sont intéressés par les professions de la santé, c’est que l’on peut devenir dentiste plus rapidement que médecin, les études étant plus courtes. Autre avantage : des salaires plutôt intéressants (2800 à 3500€ mensuels pour un salarié, 6100€ net en moyenne en libéral).

 

N°1 : les métiers de la fin de vie

Souhaitez-vous devenir gardien de cimetière ? Ou thanatopracteur ? Si ces métiers ne suscitent pas toujours l’envie, il faut pourtant bien admettre que ce secteur recherche de plus en plus de personnel, du fait notamment du vieillissement de la population, De thanatopracteur à sculpteur de pierre tombale, en passant plus simplement par les métiers de la prévoyance, les métiers concernés par la fin de vie sont nombreux. Rien que le domaine du funéraire représente en France plus de 22 000 salariés. A tel point d’ailleurs que l’université Paris Dauphine a lancé cette année une nouvelle formation dans le management du funéraire !

Dans le reportage ci-dessous, réalisé par le CIDJ, une thanatopractrice évoque son métier et ce qui peut nous déranger dans l’évocation de la mort. Passionnant !